Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

D’après l’étude « JAMA Internal Medicine », du 21 Janvier 2013, menée sur 1000 Américains de 77 ans en moyenne, un lien étroit existe entre la perte d’audition due à l’âge et un déclin cognitif plus rapide.

La perte d’audition due à l’age

Comme tous les organes du corps humain, l’oreille vieillie avec l’âge. On parle de presbyacousie.

C’est un processus physiologique normal qui affecte les cellules ciliées de la cochlée, située dans l’oreille interne. L’importance de le préserver ces cellules est tels que nous possédons un capital de 12000 cellules ciliés externe à la naissance et que celle ci ne se régénèrent pas.

La presbyacousie est une perte auditive progressive qui impacte les fréquences aiguës et provoque des problèmes de compréhension.

Quel impact sur la vie social ?

Les premiers signes de gênes auditives apparaissent vers 50 ans mais ceci peut être impacté par de multiples facteurs. En effet, des facteurs génétiques, certaines maladies, certains médicaments ou encore une exposition importante au bruit peut entraîner une perte d’audition plus précoce.

Le premier signe de la presbyacousie est le manque de compréhension dans des environnements bruyants (restaurants, réceptions…). 

La presbyacousie impacte les fréquences aiguës nécessaire à l’émergence des informations correspondant à la compréhension de la parole. Ainsi, la personne presbyacousique peut se plaindre d’entendre mais de ne pas comprendre l’information entendue.

Non corrigée, la presbyacousie peut entraîner un retrait social , faute de ne pas comprendre et de ne pas pouvoir interagir avec son entourage.

Quel lien avec le déclin cognitif ?

Il existe un lien clinique significatif entre le déclin cognitif et la perte auditive. En ne traitant plus certaines informations causée par la perte auditive, le cerveau ne peux être utilement stimulé. Selon Gurgel RK, il existerait un taux accéléré de déclin cognitif et un risque accru de déficience cognitive chez les personnes atteintes d’acuité auditive1

De plus, une étude menée par le Professeur Amieva publiée en 2018 dans The Journals of Gerontology: Series A, a montré qu’un lien étroit existe entre la déficience auditive et les « 3D » (dépendance, démence, dépression).

Cette étude réalisée sur 3777 participants âgés de plus de 65 ans sur une période de 25 ans a permis de confirmer l’existence d’un risque accru de dépression, de démence et de dépendance chez les sujets ayant des problèmes auditifs.

Par ailleurs, cette même étude indique qu’il existerait une absence de sur-risque lié au « 3D » pour les personnes portant des appareils auditifs.

L’ appareillage auditif

Avec l’évolution de la presbyacousie, la personne malentendante aura tendance à perdre des informations nécessaire à la compréhension de la parole. 

Le rôle des appareils auditifs est d’amplifier les informations que l’oreille du malentendant ne peux plus faire naturellement. En étant plus stimulé, l’oreille peut transmettre une information au cerveau, ce qui aura pour effet de conserver une bonne activité neuronale et de réduire le vieillissement précoce de ce dernier.

Ne laissez pas une perte auditive s’installer. Plus vous agirez vite et meilleurs seront les bénéfices d’un appareillage auditif.


Prenez rendez vous pour un bilan auditif*

*Test auditif non médical

1  Gurgel RK et al. “Relationship of hearing loss and dementia: A prospective, population-based study”, Otology & Neurotology, 2014.